Imprimer ses photos en ligne : couleurs et profil

26 04 2008

Mon principal soucis lorsque j’envoie des photos à imprimer, et surement le votre si vous êtes un tantinet perfectionniste avec vos images, c’est de ne pas savoir exactement ce que ça va donner quand vous les recevrez. En effet, entre le rendu de son écran, les profils colorimétriques (ICC) et le rendu qui diffère selon chaque labo, sans parler du profil d’origine de votre photo, c’est suspense garanti… Concernant mes écrans, ils ne sont pas calibrés avec une sonde, mais j’ai pu faire pas mal de tests sur des mires de couleurs et apparemment le rendu est assez correct, dalles MVA oblige :) Quant à mon boitier il est réglé en sRGB qui est l’espace de couleur conseillé pour le web car je publie essentiellement sur ma galerie et je ne fais que peu de tirages. Pour infos, beaucoup conseillent l’espace Adobe RVB qui est plus large et plus nuancé, je m’y mettrais peut être un jour.

Choix du laboratoire

Je suis fidèle à Photoweb depuis quelques temps déjà. Bien que je sois un peu décu par le rendu entre ce que je vois sur mon écran et ce que je reçois, je n’ai pas eu envie de tester la multitude de labo en ligne car de toute façon, il est impossible d’avoir pile poil le rendu de son écran sans se donner la peine de préparer ses photos correctement. Je me suis donc décider à trouver la bonne façon d’avoir de bon tirages avec ce labo en particulier. Le défaut connu de Photoweb, souvent évoqué dans les tests que j’ai pu lire, est le contraste trop élevé, mais comme vous le verrez j’ai pu contourner ce soucis.

Travailler avec le profil ICC

Vous trouverez sur leur site un tutoriel pour vous guider dans les étapes qui permettent d’optimiser ses photos. Il ne faut surtout pas zapper la fonction dans photoshop qui se trouve dans Affichage/Format d’épreuves.

Vous pourrez ici cocher « Personalisé » et choisir dans la fenêtre ci-dessus le profil ICC adéquat que vous aurez préalablement installé dans : C:\WINDOWS\system32\spool\drivers\color. Il vous permettra de voir précisément le rendu colorimétrique qu’auront vos photos une fois imprimées… si votre écran est un minimum fidèle. Une fois le « format d’épreuves » activé, il reste par contre. Pensez donc à revenir au réglages d’origine ou à décocher « Couleurs d’épreuves » dans le menu affichage pour tout autres activités photoshop ;)
Par contre attention, cela ne sert qu’a voir sa photo avec le profil, pour la sauver avec le profil ICC adéquat, il faut aller dans Edition/Convertir en profil et là vous devrez choisir le profil ICC du labo pour convertir votre photo et la sauvegarder.

Ajuster vos photos

On en vient au rendu colorimétrique des photos. Le profil Photoweb modifie beaucoup le rendu des rouges/roses qui deviennent plus fade, et les verts perdent un peu en nuances. Pour ces derniers, je n’ai pas trouver de solution pour corriger le soucis (peut être une piste à explorer avec le profil de Adobe RVB dans le boitier). Pour les rouges il suffit de les booster avec la commande Teinte/Saturation selon vos gouts. Bien sur étant donné que si vous avez bien tout suivi, vous voyez les couleurs telles qu’elles seront imprimées, à vous de faire voter cuisine pour que vos photos soient à votre goût. Une dernière chose concernant le contraste. Je ne sais pas si cela est du aux écrans LCD rétro éclairés ou au labo en lui même, mais j’ai remarqué que les photos sont beaucoup plus contrastés sur le papier que sur l’écran. Donc en ce qui me concerne, j’ai tenté ma chance pas plus tard qu’hier, en envoyant des photos fades. J’entends par là que le RAW à été développé avec zéro contraste, et que sous photoshop, avec la commande niveau, j’ai mis les tons moyens à 1,1 au lieu de 1 pour éclaircir encore un peu plus et garder les nuances, tout ça en vue de compenser le surplus de contraste papier.

Résultat

Ce matin, je descends à la boite aux lettres espérant y trouver mes photos et… elles y étaient:) Veuillez notez au passage, que j’ai effectué cette commande de 5 tirages en 20×30 pour un client, ce jeudi à 14H, soit moins de 48H pour la recevoir. Donc moment de suspense à l’ouverture du paquet, et soulagement immédiat. On y est, les photos sont pile poil comme je les voulais :) Çà correspond tout à fait à ce que j’avais sur mon écran, hormis le contraste qui s’avère parfait, alors que j’avais envoyé je vous le rappelle des photos délibérément fadasses.

Voilà, j’espère que ma petite expérience vous aura un peu éclairé sur le chemin ténébreux des profils colorimétriques et des espaces de couleurs. Je conçois que c’est un peu lourd à gérer, mais le jeu en vaut la chandelle surtout pour les grands tirages, car plus la photo est grande plus on est déçu si elle ne ressemble pas à ce qu’on voulait.



Ma PS2 me casse les oreilles

26 04 2008

Voici quelques jours, ma moitié et moi-même, nous nous sommes remis à une activité que nous avions abandonné depuis longtemps : le jeu vidéo sur console. Alors, la pauvre Playstation 2 qui va sur ses 5 ans, reprend du service. On passe des heures sur un Final Fantasy acheté d’occasion pour 10€ et on s’amuse bien :) Le soucis, c’est que j’avais oublié à quel point cette console point elle était bruyante, insupportable même. Pourquoi je vous en parle? Tout simplement pour vous demandez quelque chose : une PS3, une Xbox ou une Wii, ca fait du bruit ou pas trop?



ImgBurn : la gravure légère et gratuite

23 04 2008

Pourquoi je vous parle de ce logiciel? Parce qu’il le mérite tout simplement. Lors de mon passage à Vista, je ne voulais plus m’encombrer avec Nero, surtout pour mon usage très occasionnel de la gravure. Nero est devenu une vrai usine à gaz qui comprenait 19 applications différentes la dernière fois que je l’ai testé… Pour graver un cd de temps en temps, aucun intérêt.

J’ai donc cherché pendant un petit moment un logiciel de gravure compatible avec Vista. Les quelques applications connues et gratuites ne fonctionnaient pas bien à l’époque. Au fil des forums, je suis tombé sur le fameux ImgBurn et depuis je ne le quitte plus. Il est gratuit, traduit en français via un petit fichier à rajouter, très léger (moins de 2Mo) et comme si tout ça ne suffisait pas, même pas besoin de l’installer. Vous pouvez très bien le glisser dans une clé USB et il fonctionnera sans soucis :)

ImgBurnNotez qu’une mise à jour récente a rajouté une interface un peu plus intuitive pour les utilisateurs non confirmés qui pourrons ainsi retrouver plus facilement leur marque avec directement les choix pour graver des données ou une image ISO, etc…

Bref, n’hésitez pas, cliquez sur la petite image et allez dans Download ;)



Le flash : sans fil, c’est mieux

21 04 2008

Pour la petite histoire, j’ai eu l’idée du sujet de cet article, avant celui sur la macro. L’utilisation d’un flash m’intéresse en effet bien plus que la macro. Lors de ma séance « bonnette », il a fallu que je me serve de mon flash et à force d’expliquer pourquoi j’en avais besoin, j’ai fini par séparer les articles car çà devenait trop long. Vous trouverez donc à la fin, le pourquoi de ce billet sur le flash ;)

Matériel

Certains reflex permettent de commander un flash externe sans fil à l’aide du flash integré du boitier. Si le votre ne le fait pas, il existe d’autres moyens via des accessoires supplémentaires mais du coup c’est nettement moins attrayant car ce n’est plus gratuit. Chez Nikon c’est à partir du D70/D80, chez Pentax mon ancien K10D le faisait, le K20D aussi. Chez Canon, je crois bien qu’il faille débourser quelques euros de plus pour profiter des joies du flash sans fil. Pour les autres marques, je ne sais tout simplement pas. Si votre boitier est ok, il vous faut ensuite un flash cobra. Vous pouvez vous renseigner sur les modèles compatibles avec votre boitier sur les sites des constructeurs.

Comment ca marche?

Je ne vais pas rentrer dans les détails sur la configuration du flash et du boitier, les manuels sont là pour çà. Concernant le D300, on peut regler la puissance du flash externe depuis le boitier, choisir si le flash integré participera ou non à l’éclairage de la photo, piloter plusieurs groupes de flash etc… Je ne sais pas si çà fonctionne comme çà chez tout le monde, sur mon K10D c’était plus limité. Quand viens le moment de la photo voilà ce qu’il se passe. Au moment où vous pressez le déclencheur, le flash du boitier emet un éclair qui donne les infos nécessaire à l’autre flash concernant la puissance à délivrer selon nos réglages. Ensuite le flash se déclenche au moment précis où se fera la photo, tout cela se passe en un instant et on ne s’en rend même pas compte. Mais comme par magie, votre scène est parfaitement éclairé.

L’anecdote

Samedi donc, après moults essais macro peu convaincant, nous allons saluer les voisins. Leur gentil toutou ne demandait qu’a se faire caresser, j’ai trouver avec lui un sujet tout désigné pour faire des photos. Et c’est ainsi qu’en cadrant d’une main et tenant mon flash à bout de bras de l’autre, le chien s’est mis à regarder vers… le flash et pas vers moi :D Et ça donne la photo que vous voyez :) (cliquez dessus pour la voir en grand). Mais le flash ne fait pas qu’attirer son regard, il lui donne l’éclat qui donne la vie à la photo. Ok mon exemple n’est qu’un simple chien, mais cela fonctionne aussi sur un portrait, en tout cas pour l’éclat dans le regard, pour ce qui est de l’attirer, ca dépendra de l’age de votre sujet :D

Conclusion

Si cela ne vous coute rien hormis l’achat du flash, je vous conseille fortement de vous mettre à cette technique, si ce n’est déjà fait. Une photo c’est de la lumière, quand on contrôle d’où elle vient, ou qu’on la combine avec la lumière naturelle du moment, cela ouvre des perspectives immenses. Il ne vous reste plus qu’à multiplier les essais pour vous familiariser avec son usage. Espérons juste que vous ayez sur un sujet patient et compréhensif…

PS : c’est très pratique aussi en macro ;)